Et bien voila, depuis le temps qu'on le voulait ce voyage...
Nous voici donc en ce 2 février 2011 en terre des hommes libres,
selon l'éthymologie du mot " Thaïlande ".


Initialement nous avions prévu d'aller dans le nord, pour sa richesse culturelle et une certaine authenticité que nous présagions davantage qu'au sud. Et qui était bien davantage en adéquation avec nos attentes.
Mais les évènements d'instabilité politique d'il y a quelques mois, au moment ou nous préparions ce périple, nous ont fait orienté notre boussole vers le sud.

 DSC00319

On s'est donc fait la totale Mer d'Andaman, ses paysages de rêve, ses plages de paradis, ses innombrables touristes plus ou moins détestables, et aussi il faut bien l'avouer, un certain climat de tourisme pré-mâché qui nous a un peu cassé les choses et une population tellement orientée vers le jackpot de la fée Tourisme dans certains coins qu'elle en oublie d'être elle même.
C'est ce que j'appelle notre séjour en " Touristie ".
 Mais j'y reviendrai.

Ce fut Donc :

Jour 1 : Arrivée Bangkok en soiree
Jour 2 : Ao Nang via Krabi
Jour 3, 4  Hat Noppharat Tharat (Long Beach)
Jour 5, 6 : Railey
 Jour 7 et 8 : Hat Nopharat Thara (Long beach et mangrove d'Ao Thalane)
Jour 9,10 : Koh Lanta
Jour 11 : Koh Phi Phi + Bambou Island
Jour 12, 13,14 : Koh Lanta (Plongee James)
Jour 15 : Koh Rok
Jour 16 : Krabi
Jour 17 : Bangkok
Jour 18 : départ de Bangkok en soirée.

Commençons par Bangkok.

Après  un stop de quelques heures à l'aéroport de Saigon :
Juste le temps de se faire une paire de nems, payables en dollar US et pas données, nous débarquons dans l'illustre cité des anges.

DSC00427

DSC00176

A Bangkok nous passerons 2 nuits (au début et à la fin). Et laissez moi vous dire tout de suite qu'après tout ce qu'on avait entendu de la mégapole, c'est à peine si on a osé sortir de notre Airbus.
Crade, pollué, glauque sont les adjectifs qui reviennent comme 3 fourmis devant un pot de miel à à propos de Banghok. 
A peu près entre Calcutta et Manille sur l'echelle du bien-être.


DSC00490

Alors la première big surprise c'est que nous on a adoré.
Effectivement coté propreté, c'est pas le lac de Genève, mais il règne dans cette ville un inexplicable et très attachant chaos .
Difficile de dire à quoi ça tient, les odeurs sublimissimes de cuisine, les couleurs, la chaleur, la nonchalance, l'or des temples qui voisine avec la plus violente des pauvretés sur certain trottoirs.
Cette ville est un grand bordel mais c'est un bordel infiniment humain.
Ça crie, ça grouille et ça vit en permanence.

DSC00501DSC00007
DSC00201DSC00157

 Bangkok, si il est évident que certains de tes anges souffrent, nous arrivent au nez des volutes d'acceptation toute empreinte d'un bouddhisme serein, auquel tu sembles si attachée, et qui se mélange à la moiteur dans laquelle nous pataugeons.

Pas de doute nous sommes bien dans une ville unique...