BOUTEILLE A LA MER DE THAILANDE DU SUD...

15 mars 2011

BANGHOK, AU PAYS DES HOMMES LIBRES...

Et bien voila, depuis le temps qu'on le voulait ce voyage...
Nous voici donc en ce 2 février 2011 en terre des hommes libres,
selon l'éthymologie du mot " Thaïlande ".


Initialement nous avions prévu d'aller dans le nord, pour sa richesse culturelle et une certaine authenticité que nous présagions davantage qu'au sud. Et qui était bien davantage en adéquation avec nos attentes.
Mais les évènements d'instabilité politique d'il y a quelques mois, au moment ou nous préparions ce périple, nous ont fait orienté notre boussole vers le sud.

 DSC00319

On s'est donc fait la totale Mer d'Andaman, ses paysages de rêve, ses plages de paradis, ses innombrables touristes plus ou moins détestables, et aussi il faut bien l'avouer, un certain climat de tourisme pré-mâché qui nous a un peu cassé les choses et une population tellement orientée vers le jackpot de la fée Tourisme dans certains coins qu'elle en oublie d'être elle même.
C'est ce que j'appelle notre séjour en " Touristie ".
 Mais j'y reviendrai.

Ce fut Donc :

Jour 1 : Arrivée Bangkok en soiree
Jour 2 : Ao Nang via Krabi
Jour 3, 4  Hat Noppharat Tharat (Long Beach)
Jour 5, 6 : Railey
 Jour 7 et 8 : Hat Nopharat Thara (Long beach et mangrove d'Ao Thalane)
Jour 9,10 : Koh Lanta
Jour 11 : Koh Phi Phi + Bambou Island
Jour 12, 13,14 : Koh Lanta (Plongee James)
Jour 15 : Koh Rok
Jour 16 : Krabi
Jour 17 : Bangkok
Jour 18 : départ de Bangkok en soirée.

Commençons par Bangkok.

Après  un stop de quelques heures à l'aéroport de Saigon :
Juste le temps de se faire une paire de nems, payables en dollar US et pas données, nous débarquons dans l'illustre cité des anges.

DSC00427

DSC00176

A Bangkok nous passerons 2 nuits (au début et à la fin). Et laissez moi vous dire tout de suite qu'après tout ce qu'on avait entendu de la mégapole, c'est à peine si on a osé sortir de notre Airbus.
Crade, pollué, glauque sont les adjectifs qui reviennent comme 3 fourmis devant un pot de miel à à propos de Banghok. 
A peu près entre Calcutta et Manille sur l'echelle du bien-être.


DSC00490

Alors la première big surprise c'est que nous on a adoré.
Effectivement coté propreté, c'est pas le lac de Genève, mais il règne dans cette ville un inexplicable et très attachant chaos .
Difficile de dire à quoi ça tient, les odeurs sublimissimes de cuisine, les couleurs, la chaleur, la nonchalance, l'or des temples qui voisine avec la plus violente des pauvretés sur certain trottoirs.
Cette ville est un grand bordel mais c'est un bordel infiniment humain.
Ça crie, ça grouille et ça vit en permanence.

DSC00501DSC00007
DSC00201DSC00157

 Bangkok, si il est évident que certains de tes anges souffrent, nous arrivent au nez des volutes d'acceptation toute empreinte d'un bouddhisme serein, auquel tu sembles si attachée, et qui se mélange à la moiteur dans laquelle nous pataugeons.

Pas de doute nous sommes bien dans une ville unique...

   

Posté par Sunhae à 09:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


16 mars 2011

SOI RAMBUTTRI ET KHAO SAN : L'ANTICHAMBRE DU PARADIS

 

En vrais " Thailande first time", nous nous installons à Soi Rambuttri, souvent présentée comme l'annexe plus chic de l'immonde Khao San qui se trouve à 2 pas.

De ce quartier, et surtout à propos de Khao San on nous avait dit qu'il s'agissait d'un zoo qu'il fallait voir au moins une fois.
Si le fait que toutes les nationalités du monde s'y côtoient est vulgaire, alors oui Khao san et Rambuttri sont vulgaires (ça doit être l'effet miroir !), mais nous on a trouvé particulièrement pour Rambuttri, que c'est une bonne introduction pour des ignares comme nous.

Soi Rambuttri tôt le matin :

DSC00483


DSC00511

Soi Rambuttri après 18 H :

DSC00451

DSC00287


Idéalement placé pour les déplacement par les klongs, ces canaux qui aérent le centre ville 
(mais pourquoi les touristes s'enttettent- ils à vouloir prendre des taxis et des tuk-tuk dans une fournaise polluée quand ces mini-croisières rafraîchissantes et à prix dérisoires s'offrent à eux ?).
Pour le côté pratique des connexions transports aussi.
 Pour la proximité d'avec les majestueux temples et China town.
Pour le rapport qualité prix du logement et la variété de ces petits paradis gustatifs que l'on nomment gargotes de rue.
Pour le théâtre permanent de la rue.

Ceci est un bar !

DSC00540

DSC00537

DSC00530

DSC00459

DSC00527  DSC00506

A Rambuttri nous avons même trouvé une petite place apparemment ignorée du touriste lambda, juste à côté de l'avenue principale, on y mange sous les arbres, entourés par les moines du temple d'à côté qui lisent leur journal.
Une cuisine sublime au prix d'un café français en pleine fraîcheur végétale et au centre de Bangkok.

DSC00543

 DSC00545


Il est intéressant à ce sujet de constater que les détracteurs de Khao San aient reproduit exactement la même chose sur fond de paysages de rêves.
Comme si le cocotier et l'eau cristalline pouvait tout autoriser et absoudre, et que là d'un coup ça choquait moins.
On décernera la palme à ce sujet à Phiphi et Railey, petit paradis inabordables où la mémère d'âge avancé qui se ballade les seins à l'air, et l'heure perdue à s'égosiller avec une famille de miséreux pour gagner 10 baths sur une paire de tongs sont monnaie courante.
Nous avons même rencontré des touristes pour qui c'était un jeu,
faire systématiquement baiser le prix de quelques baths.
Ils appelaient ça " leur sport exotique en pays pauvres".

Quelle distinction.

Nous nous installons au Rambuttri Village, un hôtel très correcte, propre et qui présente l'avantage majeur (et pour 15 E/nuit) de posséder 2 piscines toutes mignonnes sur les toits.

Avec en prime une belle vue sur les hauteurs de la ville :

DSC00516

DSC00518  DSC00521

Puis, nous nous insinuons dans la faune du Soi.

 Parcourant inlassablement l'avenue aller et retour, un tout venant d'héritiers de Katmandou, de familles proprettes, de jeunot crasseux qui déambulent torse nus, d'anglophones à chaussettes et sacs à dos, de scandinaves cramoisis par la chaleur, d'européens aux diverses apparences (et différents degrés d'amabilité) et enfin nous au milieu, essaient de s'adapter à l'éco-systeme.

Le bon plan numéro 1 à côté des tailleurs et des masseurs qui officient dans la rue c'est la bouffe !!!

Entre 1 et 2 E l'asiette.

  DSC00495   DSC00528

DSC00529   DSC00539 

Des multitudes de ces petits bonheurs sont à votre portée.

Certains proposant terrasses  :

DSC00003

D'autres, uniquement un point de vente.

DSC00153

DSC00001

DSC00500

DSC00496
 

Quelques bizarreries enfin (pour nous) comme ces sauterelles grillées :
Nous on a des criquets en Corée.

DSC00432

Dans les proches alentours de Soi Rambuttri, sur la rue Tha Samsen, un pont enjambe le Klong de Banglamphu, donnant sur quelques batiments illuminés.

DSC00298

2 rues plus loin de Rambuttri, se trouve la légendaire Khao San, une avenue plus large qui nous a semblé nettement moins affriolante car :

Le rabattage des vendeurs y est plus féroce.
Il n'y a pas d'arbres ni de chants d'oiseaux comme à Rambuttri.
Ni cette ambiance de petit village dans la ville qu'on a vraiment aimé à Rambuttri.

Vendeurs de rue entre Rambuttri et Khao San :

DSC00296

Khao San by night :

DSC00294

Il s'agit bien là d'un " zoo" que nous ne regrettons pas d'avoir vu. 

 

Posté par Sunhae à 02:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

TEMPLES D'OR ET DE LUMIERE

Dire que nous avons été émerveillés par la  beauté et la richesse des temples de la capitale est un euphémisme.
A moins que vos 5 sens ne se mettent sérieusement à dérailler, je ne vois pas comment en effet, il pourrait en être autrement.

Le problème avec les temples c'est qu'il faudrait posséder une 10 aine de paires d'yeux pour embrasser autant de grandeur et d'esthétisme à la fois. 

 DSC00335

Comme on avait pas toute la vie, on s'est concentré aux principaux qui se trouvent  être par un heureux hasard béni par le Bouddha, dans le même secteur.
C'est à dire celui du carré Royal,  Ko Ratanakosin.

On peut l'atteindre en 15 mns de marche depuis Soi Rambuttri, ou en prenant l'une de ces navettes-bateaux publiques ou privées qui sillonnent les Klongs (canaux de la Chaya Phraya), depuis l'arrêt de Tha Phra Attit à l'arrêt de Tha Chang.
Les départs se font tous les quarts d'heure et permettent de gagner un temps infini par rapport aux taxis et tuk-tuks.

DSC00009 

D'abord sa Majesté le Palais Royal et le temple Wat Phra Kaew qui
se trouvent dans la même enceinte.

A partir de maintenant je vais la mettre en veilleuse et laisser parler les images...

Le palais Royal :

 DSC00348

 

Le temple Wat Phra Kaew :

DSC00328

DSC00346  DSC00343

DSC00341  DSC00336

DSC00342  DSC00323

DSC00327

 DSC00334  DSC00338

DSC00326  DSC00321

DSC00345  DSC00318

Et bien protégé par ses gardiens célestes...

  DSC00325

DSC00179  DSC00180
 
Le fameux bouddha d'émeraude révéré avec un respect absolu :

La dévotion est partout et comme dans tous les temples, elle est sincère.

DSC00331

DSC00046

Si la photo n'est pas nette c'est parce que la dame agite ses bâtons d'encens !

DSC00040 


Le Wat Pho :

Pas très loin du Wat Kaew, se trouve le Wat Pho, une autre merveille dont il faudrait des jours entiers pour en apprécier la valeur en détail. 

DSC00120

 DSC00075

DSC00089

DSC00070 DSC00139

DSC00047 DSC00051

DSC00060  DSC00130

DSC00059

 

 DSC00054  DSC00069

 DSC00098  DSC00058

 DSC00111  DSC00113

DSC00063

 DSC00034 DSC00062

DSC00117 DSC00131

DSC00105  DSC00115

DSC00114 

 DSC00349

DSC00085  DSC00093
DSC00091  DSC00099

  DSC00109  DSC00108 

 Et enfin, l'illustre Bouddha couché de 46 mètres de long sur 15 mètres de haut...

DSC00136 

DSC00143

 DSC00142

Petite diagonale de 3 mns en bateau sur la rivière Chao Phraya, et hop nous voilà au Wat Arun.

DSC00309

  

Le Wat Arun :

DSC00164

DSC00165

DSC00169

DSC00168

DSC00162

DSC00160  DSC00161

DSC00171  DSC00163

Après cette overdose de beauté, difficile de retomber sur terre.
Les pauvrets et pauvresses qui végètent sur les trottoirs alentours nous y ramènent.

Et je ne peux m'empecher de penser que si seulement 10 % des dons pharamineux que ces temples reçoivent leur allait dans le garde-manger, ça ne leur ferait pas de mal.
Mais ça, c'est un autre débat.

    

Posté par Sunhae à 05:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

CHINA TOWN

Depuis le carré royal, nous décidons de marcher jusqu'à China town parce que :

1. Avec tout ce qu'on se bâfre, il faut vraiment éliminer.
2. On veut voir la ville de près dans ce qu'elle a de plus populaire, c'est à dire depuis les trottoirs.
3. On a un peu peur de la conduite des tuk-tuk.

DSC00192

On s'use donc les mollets dans la chaleur étouffante parfumée aux pots d'echappements...

DSC00189

DSC00187

DSC00194

Quand d'un coup les constructions se font plus sino-perceptibles...

DSC00209

DSC00210

DSC00202

DSC00211


Nous nous enfonçons dans un dédale de petites ruelles.
Elles même coupées de ruelles parallèles, de passages et d'une infinité d'autres allées.
C'est un gigantesque labyrinthe où se mêle un tumulte humain que j'ai rarement vu ailleurs.
Sur que c'est pas le marché chic de Covent Garden, hein tonton James ?

DSC00206



CE QUARTIER EST ABSOLUMENT INCROYABLE ET INCONTOURNABLE !


Soyons clair, pour China town il vaut mieux être en forme.

Et si vous avez fait la nouba toute la nuit c'est pas LE bon plan.
Vous y serez noyé et re-noyé dans la foule, vraiment bloqué par endroits, happé par des odeurs étranges, dans une atmosphère qu'on a trouvé unique, bruyante, fatiguante mais tellement depaysante.
China town est encore plus chinoise que la Chine !
C'est un voyage absolument passionnant...


DSC00229

C'est la première fois de ma vie que je suis entourée dans un marché par des denrées que je ne peux absolument pas identifier.
De l'hebreu gustatif !

Ça se mange ? sucré ? salé ? viande ? poisson ? Racines ? algues ?
Mes repères de cuisinière très pratiquante en prennent un coup.

DSC00230 DSC00231
DSC00234 DSC00235

Tiens ça, je sais ce que c'est. Du thé.
Et nous en achèterons.

DSC00232

Et ça aussi. Des oeufs de caille frits.

DSC00243

Ça, par contre ... 

DSC00199

Sorte de grosses larves-poisson ? des holothuries peut-être.

DSC00233

Autre intérêt majeur du quartier, rarement évoqué dans les guides,
(mais qu'est ce qu'ils foutent les pros du tourisme ?),
un temple à l'atmosphère unique.
On en a jamais vu de semblables ailleurs, même pas en Chine.

Le temple Wat Mangkon Kamalawat :



DSC00228

De l'extérieur, c'est à peine si on le remarque (une entrée d'immeuble),
mais à l'intérieur, bonjour le choc !

Une succession de cours, de salles et de sortes de grottes aux murs noircis.
Une cour des miracles avec la ferveur chinoise en plus.

Et ici on est pas sectaire puisqu'on y célèbre le culte Taoïste, bouddhiste et confucianiste à la fois !

Pas un seul touriste sur les lieux sauf Loulou et Zezette, vos aventuriers préférés, c'est à dire nous.

 

DSC00212 

DSC00214 

 DSC00215

 DSC00216

DSC00218

DSC00223

 DSC00224

DSC00221

Dans le silence et l'obscurité, le gong sonne et des incantations mystiques nous prennent aux tripes. On en sera tout émus.

DSC00226

DSC00227

 Et bien China town, moi j'y resterai bien un jour de plus...
Si Rambuttri est déjà un spectacle, ici c'est un soir de grande " première ".

Tous les 5 mètres, une émotion garantie.

 

Posté par Sunhae à 17:30 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

LE MARCHE AUX AMULETTES

A 400 mètres du carré royal, à coté du Wat Mahathat, tous les guides nous l'ont dit, se situe une chose rare et exotique,
C'est le marché aux amulettes.

DSC00362

De loin on pourrait penser qu'il s'agit d'une sorte de marché aux puces spécialisé dans le grigri, façon patte de lapin asiatique.
De près, il est assez fascinant de voir à quel point l'endroit fascine justement !

Alors vous prenez Anvers et son marché grossiste aux diamants, vous remplacez les diamants par des amulettes de terre cuite, de fer ou de cuivre, et vous aurez le topo !

De vrais pros de l'amulette y cherche la trouvaille du siècle, l'oeil riveté à la loupe grossissante, mieux que si ils avaient les bijoux de la couronne au bout des doigts.
Des moines mais aussi des amateurs, des spécialistes et des badauds.

DSC00356

Ces petites choses, outre les forts symboles bouddhistes qu'elles véhiculent, sont censées apporter amour gloire et beauté (en gros) à son propriétaire.
On comprend mieux pourquoi il y a autant de monde au portillon côté acheteurs potentiels...

DSC00354

DSC00355

DSC00357

Ça " business " dur du côté de l'amulette !

DSC00361

DSC00359

DSC00360

DSC00358

Terrassés par la chaleur comme 2 lézards sur un rocher, (à part que nous on doivent bouger), on happe littéralement l'ambiance si particulière des lieux.

Et vous savez quoi ?
Des fois les guides ils ont raison.

Posté par Sunhae à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


17 mars 2011

DE KLONGS ET D'EAU FRAICHE...

 

Ah les Klongs...
rien que le mot déjà ça sonne si bien.

Ou comment découvrir la ville à la fraîche, au ras de l'eau et (pour presque pas) un kopeck.

 DSC00304

 Nous, on a d'abord pensé qu'il s'agissait de croisières qu'il fallait organiser à l'avance.
Que nenni ! puisque ce transport public fluvial ultra pas cher (de 2 à 6 baths) et ultra fréquent (tous les quart d'heure) permet d'aller à l'envie, sillonner une grande partie de la ville en voguant sur la Chao Phraya.

A chaque arrêt, 2 départs dans les 2 directions possibles.

Et ce qu'il y a de génial c'est que ces arrêts permettent de se rendre aux sites majeurs tel que le Carré Royal, le Wat Arun et China town entre autres. 

DSC00156

Et là, on l'a sa mini-croisière romantique, cheveux au vent, chabadabada...

Voyons d'abord la " baladounette " de jour :

DSC00027


LE Wat Arun :

DSC00154

Le grand Palais et le Wat Phra Kaew

DSC00258

Quelques habitations sur pilotis...

DSC00247

DSC00248

DSC00250

DSC00251

DSC00308

Évidemment le must c'est d'y aller aussi le soir sur les Klongs, au moment ou une lumière d'or envahit les berges au soleil couchant.

La " baladounette " du soir :

DSC00365

DSC00249

DSC00310

Le Wat Arun :

DSC00253

 

DSC00252

 DSC00246

 Nous recommandons puissance 10.

Posté par Sunhae à 04:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mars 2011

VOIR AO NANG ET PARTIR (VITE)...

Ao Nang (ou Krabi) sont des passages obligatoires quand on souhaite aller dans les îles.
Ao Nang : y passer oui, mais y rester non.

 Il faudra un jour qu'on m'explique ce qu'il peut y avoir de si croquignolet dans l'idée de se faire traire le porte-monnaie, assis sur un bout infinitésimale de micro-plage, en devant faire fuir le plus élégamment possible un vendeur toutes les 15 secondes.

Parce qu'apparemment à Ao Nang, y'en a qui apprécie le sport.

Non seulement la plage est moche, mais c'est aussi les gens qui sont dessus (les touristes) qui nous ont parut bien vilains. En parfaite osmose avec leur environnement.

DSC00119  DSC00122 

De la vulgarité au mètre carré, t'en veux ?
Parce qu'ici c'est à la tranche, au kilo et au détail.

En 2 heures d'observation plagiste, voici ce que nous avons vu :

Des mémères callipyges allant et venant les seins à l'air (en Thailande !!! et qui plus est dans une zone à forte teneur de musulmans) en se demandant si elles allaient se faire un quintal de glace pour leur 4 heures ou tout simplement continuer à se cramer le derme sur le peu d'espace qui leur était imparti.

Des maris en bande se ruant sur la seule chose qui soit attirante à proximité de la flaque de Piz buin (la plage), c'est à dire un sentier dans les hauteurs se baladent des macaques, pour nourrir ces mêmes macaques avec des bananes et des emballages de bonbons (ben oui ils avaient déjà donné les bonbons aux gosses ces crétins !), à  côté de panneaux 2 par 3 :
" Attention , ne nourrissez pas les singes, ils peuvent devenir dangereux ! "
Résultat :
1 mari qui se fait mordre, l'autre qui tombe du pont de bois, des singes intoxiqués par le plastique et une mémère qui de la plage crie qu'elle veut appeler son ambassade ! (la femme du mordu).

Le chemin des singes très tôt le matin :

DSC00171

Le clou du spectacle :

DSC00190

Des strates de scandinaves désagréables comme je n'en ai jamais vu.
A croire qu'on les chasse de leurs pays pour les parquer ici.

Et le moins qu'on puisse dire c'est que le pays du sourire ne leur a pas été contagieux parce qu'on pourrait étendre une machine entière sur la longueur de tronche qu'ils tirent !

En dehors de ça, Ao Nang-centre ville semble avoir été construit avec tous les restes d'autres endroits ratés de Thailande.
On y va et comment dire,
c'est comme si une voix intérieure vous criait " barres-toi vite ".

Le pire c'est que dès qu'on s'éloigne du centre ville, tout redevient joli.
Les endroits que nous avons préféré, c'est juste avant et juste après. Changement d'attitudes chez l'habitant compris :

DSC00138

DSC00131

DSC00130 DSC00136

DSC00128

Ao Nang qui ne casse pas vraiment 3 pattes à un canard serait j'en suis convaincue, tout à fait supportable, et même probablement agréable si elle n'était pas enlaidit par la fine fleur du touriste débile et irrespectueux.

Le pire c'est je le sais, que des Ao Nang il y en a d'autres en Thailande, et en fait il y en a partout dans n'importe quel pays touristique. Mais celui-ci nous a fait penser à un mini Kuta (ville de Bali) qui demeure à ce jour pour nous imbattable, posée comme une grosse verrue sur cette île enchanteresse dans cette Indonésie que nous aimons à la folie.

 

Posté par Sunhae à 11:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 mars 2011

LONG BEACH ET HAT NOPPHARAT THARAT

Lorsque j'en étais encore à plancher comme un bagnard sur notre itinéraire, je m'étais donc enquit de ce qu'il y avait a voir dans les environs d'Ao Nang.
Ça se résumait en 3 points :

- Hat Noppharat Tharat à 4 km d'Ao Nang
- Long Beach
- La mangrove d'Ao Thalane.

Les guides ne faisant d'ailleurs pas grande mention de l'intérêt des 3  lieux.


Long beach :

Nous avions réservé à Long beach sans trop savoir, qui jouxte Hat Noppharat Thara et que l'on rejoint en traversant un bras de mer étroit (les pêcheurs du coin vous font passer à la demande pour une somme modique).

Et après avoir vu Ao Nang et en etre reparti à la vitesse éclair, oh combien nous nous en sommes félicité !

DSC00090

DSC00218

DSC00232

DSC00462

DSC00469 

A Long Beach, vous avez donc une plage de 4 kms rien que pour vous.
Avec 4 ou 5 resorts donnant sur la plage, assez espacés.

8 est le nombre maximal d'humains que j'ai pu y compter en même temps.

DSC00011

 DSC00095  DSC00046

DSC00195  DSC00198

DSC00200  DSC00212

DSC00015

 

De plus nous avons dégoté la perle rare, notre resort Le Long Beach Krabi Villa est une merveille.
Pour 12 E/N !

Huttes en bambou charmantes, accueil de l'employée à tout faire (et qui fait vraiment tout) comme si elle nous attendait depuis 10 ans, cuisine divine à prix plus que raisonnable.
Le tout dans une atmosphère de calme rarement égalée...
Si c'est pas le paradis, ça y ressemble vachement.

DSC00204

DSC00001

DSC00551 DSC00549

DSC00550

Le must c'est le matin...
Comme toujours en voyages, je me lève aux aurores car je suis persuadée que c'est le meilleur moment de la journée pour apprécier un lieu nouveau.
J'aime ce moment d'éveil où la nature reprend ses droits, et où tous les possibles de la journée  sont à venir.

Ici, je suis réveillée par un gentil vacarme d'oiseaux tropicaux et d'insectes libres.
Le spectacle du matin est un petit miracle tous les jours renouvelé, et ça m'émeut.

Je vais à la plage déserte observer les crabes et les premiers pêcheurs.

DSC00039

DSC00474

DSC00085

DSC00012

DSC00066

DSC00060

Quoique les soirées ne soient pas mal non plus.

DSC00209

DSC00213

DSC00055

Surtout que nous avons la délicieuse cuisine de Min, notre hôtesse.
On essaiera tout et c'est ici que nous commencerons à vraiment découvrir la cuisine thaie :
Saturée d'epices et de saveurs, variée et agrémentée de légumes croquants cuits au wok.
Une addiction !!!

Tom Yum soup, curry vert de poulet au coco et massamam (sauce à base d'ananas) et salade de crabe frais.

DSC00023  DSC00025

DSC00024 DSC00473

Et pour un peu plus d'animation, on longe la plage puis traversons le bras de mer...

DSC00219

DSC00215

... Pour se rendre à Hat Noppharat Tharat.

Hat Nopharat Tharat :

Hat Nopharat Thara est un de ces endroits où on se sent vraiment ailleurs et en l'occurrence en Thailande. Peu, très peu de touristes sur cette plage/parc/lieu de pique-nique local.

C'est vraiment une halte agréable. On y trouve tout un tas de petits restaus populaires et un quartier général de parc marin (pas très avenant et rien qui soit traduit en anglais).

DSC00104

Ce qui est beaucoup plus sympa c'est le poste d'observation de la vie thai que cet endroit propose.

DSC00103

DSC00111  DSC00105

DSC00112

Hat Noppharat Tharat on vote pour !

  

Posté par Sunhae à 11:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 mars 2011

LA MANGROVE D'AO THALANE

A une dizaine de kms de Hat Noppharat Tharat, il y a parait-il, une mangrove où il est possible d'observer des animaux sauvages et une nature encore restée intacte.

Nous en profitons pour aller faire la bise aux macaques soit disant libres.

DSC00621

 

Nous optons pour une Kayak-partie à la journée.

Dans un endroit aussi protégé, on va quand même pas se ramener en scooter des mers !
Enfin toute façon des bateaux pour y aller y'en a point.

Je m'installe devant (ancienne scout, donc toujours prête!) et le Loulou s'encastre comme il peut à l'arrière. Et vogue le Kayak.

DSC00519 

DSC00518

Pendant que je manque me démettre les épaules à pagayer, Monsieur fait de la chaise longue à l'arrière en admirant le paysage.
(C'est comme ça, l'anglais est parfois contemplatif).
Je m'en aperçois et je l'engueule à tour de bras, c'est le cas de le dire, devant notre guide plie de rire. Et vous vous savez ce que son altesse " Feignasson 1 er " trouve à me dire ?
 " Si tu continues à crier comme ça, tu vas faire fuir les macaques ".
(L'anglais est horripilant parfois).
Je ronge mon frein, enfin ma pagaie, pendant que le guide est de plus en plus hilare.
Il nous décerne le prix des touristes les plus " funny " de la journée.

Puis soudain la beauté des lieux me submerge...

DSC00599 

DSC00586

Ce dont je me rappelle nettement, c'est d'avoir ressenti précisément ici un sentiment de bien-être que je n'avais pas ressenti depuis longtemps.

Le calme que lézarde quelques cris d'oiseaux et la fraîcheur merveilleuse nous envahissent.

DSC00611

DSC00617

 DSC00598

 Quand enfin on voit des macaques, ce qui nous fait drôlement plaisir c'est qu'ils ont l'air parfaitement heureux.
Ici ils sont chez eux avec pas le quart d'un humain pour leur casser les pieds puisque personne ne peut pénétrer la jungle en haut des rochers.

DSC00537

Profil gauche :

DSC00567

Profil droit :

DSC00564

 

 

Posté par Sunhae à 04:50 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

21 mars 2011

RAILEY : LA PRESQUE-ILE BEURK !

Le pompom de ce que j'appelle la " Touristie ",
on l'aura eu à Railey et Koh Phiphi.
Railey nous aura plus marqué car nous y resterons
2 jours et pas 1 seul comme à Phiphi.

Disons le tout de suite, présentée comme la 7 émemerveille en pays d'Asie, Railey est un attrape- couillon comme vraiment on en a rarement vu.

railay beach map krabi

Effectivement la plage de Railey West est sublime.

Et ça tombe bien parce que c'est par ici que nous sommes arrivé d'Ao Nang.
Hat Ton Sai (arrivée depuis Krabi et d'Ao Nang aussi) est franchement en dessous.
Tandis que Hat Railey East (arrivée de Krabi) est une marre de boue.

(Photo prise très tôt le matin avant l'envahissement touristique)

DSC00419


Mais 2 jours ça laisse le temps d'aller voir par delà la vitrine, et ce que nous y avons decouvert  nous a littéralement écoeuré.

Voyons d'abord la vitrine,
après 30 mns de bateau depuis Ao Nang, on est subjugué.

DSC00244

DSC00248

DSC00266

DSC00253

DSC00422


Passons maintenant à l'envers du décor :

Le problème c'est qu'on aurait du faire comme tout le monde, se parquer à notre resort et n'en plus bouger, parce que pour peu qu'on s'éloigne de ses 2 plages d'arrivée, Railey West et Hat Ton Sai, c'est les favellas de Rio !

La mangrove est une porcherie indescriptible et puante juste derrière les resorts de luxe.
Des déchets à perte de vue embourbés dans la fange...
J'ai jamais vu autant de thai faire la gueule qu'ici et il faut dire qu'il y a de quoi quand on voit à quel point le tourisme de masse a dénaturé les lieux.

Mais qu'en est-il me direz vous de tous ces petits endroits d'exception
vantés par le Lonely Planet ?
Alors vous les avez vu dans le guide et vous avez bien fait, parce que vous ne les verrez pas !

En dehors du site de Princess cave et ses étonnants pénis,
rien n'est accessible autrement qu'en s'encordant.

Viewpoint et le lagon? oubliez car seuls ceux qui pratiquent l'apinisme et sont équipés peuvent y aller, et même pour eux c'est déjà pas une partie de plaisir.
Diamond Cave? Fermé et laissé à l'abandon au bord de l'éboulement.
Evidement vous y allez pour rien (une trotte) car on ne vous l'indique pas avant.

De plus, impossible de faire le tour de la péninsule (comme incite à le faire le Lonely planet, complètement à coté de la plaque sur ce coup-la) par ses plages  !!! en raison des marées, ce qui signifie qu'à chaque changement d'endroit, il faut payer 200 bath par personne un passeur-pêcheur. Parfois pour 2 mns de bateau. Et il n'y a pas d'autres solutions car il n'y a aucun accès par les terres, vu qu'il n'y a aucun chemin ou route.
 
Voyons donc Pranang Princess Cave qu'on a eu le temps d'admirer vu qu'on à eu que ça à voir le 1er  jour, et qui ça oui, oui, oui  vaut le déplacement ! 
(Chemin de terre ultra balisé pour y aller en 15 mns depuis Railey West).

En chemin, de magnifiques grottes :

DSC00271

DSC00272

DSC00274

Quelques singes et les éternels nigauds de service. C'est une vraie maladie que de vouloir nourrir les singes avec n'importe quoi pour faire des photos drôles de ces pauvres bêtes affolées et surexcitées !

DSC00275

Enfin on arrive à la minuscule plage de Princess cave.
Magnifique !

DSC00279

DSC00281

DSC00283

Mais oui, c'est bien ce que vous pensez.

DSC00284

Jolie légende que celle-la.
Une princesse indienne se serait noyée au large de cette grotte il y a très très longtemps.
Son esprit qui vivrait dans la grotte accorderait des faveurs à ceux qui viennent lui rendre hommage.
Ceci est " l'hommage " que lui rendent les pêcheurs bouddhistes et musulmans des environs.

Le 2 ème jour, nous fumes courageux.
j'avais vraiment envie de voir l'intérieur des terres, un semblant de communauté locale et autre chose que des resorts.
Nous savions qu'il y avait une possibilité de gagner Hat Ton Sai  par la jungle.

Quelle aventure !
2h 30 de marche dans une humidité à couper au couteau, en se faufilant à 4 pattes par endroits, avec des moustiques par centaines et bien en forme des le matin.
A l'arrivée on aurait dit qu'on avait la varicelle.

Nous y verrons malgré tout de très, très, très belles choses...
qui nous feront allègrement oublier les dèsagrements.

DSC00365

DSC00286  DSC00372 

DSC00369  DSC00386

DSC00371  DSC00379

DSC00307

Une Chose me frappe, en dehors de quelques huttes abandonnées, personne ne vit à l'intérieur des terre. A Railey, il n'y a pratiquement pas de locaux. Tous les thais qu'on voit sont des employés des resorts ou des restaus.

Enfin on arrive à Hat Ton Sai.

Sorte de zone baba cool un brin crasseuse.
Tous les moustiques de la péninsule s'y donnent RV.

DSC00376

Et la, cerise sur le gâteau !
A quelques mètres des resorts pouilleux, ceci :

DSC00397

DSC00396

Et oui ici on a même pensé à la prostituée qui bosse jour et nuit pour le prix d'un sandwich...

En dehors de ça, il faut avouer que les couchers de soleil à Railey West, c'est pas de la gnognotte.

DSC00429


DSC00350

DSC00437

DSC00441

Une belle rencontre aussi avec cette ex hotesse d'Air France avec qui nous irons manger et passerons l'après-midi.
Exactement le type de touriste qu'on aime :

Chaleureuse, épicurienne et ne se faisant pas un plat des petits riens pour apprécier l'essentiel, et toujours avec le sourire.
Une vraie gentille et belle personne avec qui nous finirons par rire de nos aventures...

DSC00425


Le caprice Railey nous aura coûté 80 E/nuit, soit 160 E pour 2 nuits, (mon cadeau d'anniversaire) ce qui est parait il un prix parfaitement normal pour Railey (Le paiement nous a été exigé 6 mois à l'avance par transfer).
Nous n'avions jamais payé autant pour un hôtel.

Ça en jette, hein comme ça ?

DSC00261


Oui mais dans ce resort calamiteux (Sand sea resort), certes situé sur la magnifique Railey West nous n'avions pas d'eau chaude, pas d'eau du tout d'ailleurs pour cause de compresseur en fin de route.
on s'est donc lavé à l'eau de mer (un bonheur !) sur la plage avant de stocker les bouteilles d'eau minérale.
Pas internet, pas de chasse d'eau, linge sale des autres chambres oublié sur notre sol par la femme de chambre, nos draps et nos taies recouvert de taches indélébiles. Un accueil pourri et une vue imprenable sur des hordes de scandinaves invariablement bourrés du matin au soir, ou qui font pisser leurs gosses en les tenant suspendus au dessus de la piscine.
On est pas des habitués du luxe mais on a estimé qu'à 80 E, ça commençait à faire beaucoup..

Seuls points positifs : une superbe piscine et un serveur qui sera le soleil de nos petits déjeuners, il est vrai extrêmement copieux, bons et variés.
Le seul employé de la maison disposé à sourire, et une vraie attraction à lui tout seul.

DSC00304  DSC00325


En buvant un cocktail la veille du départ, on était pas mécontents de partir.
Railey pour une journée, c'est plus qu'assez.
Et si vous n'y allez pas du tout, ya pas mort d'homme !

DSC00446

 

 

Posté par Sunhae à 07:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]